Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Février 2012

L’ESPERANCE N’EST PAS MORTE ...

Après des années d’absence au Tchad me voici en face d’une vénérable dame tchadienne, le visage marqué par la vie mais plein de joie. Une femme épanouie accompagnée de sa dernière fille qui m’aborde ainsi : « Ma sœur, est-ce que maman travaillait bien à l’école ? Parce qu’à la maison elle nous a élevés comme les sœurs avaient fait avec elle » Et je revois Odile, petite fille dont la maman meurt à l’accouchement, confiée aux Sœurs jusqu’à l’âge scolaire. Fillette gentille, disponible, elle étudie laborieusement mais trouve malgré tout le temps de s’engager dans les mouvements de la paroisse. Je la retrouve mariée, mère de famille nombreuse et grand-mère, Elle a mené de front, sans rien abandonner, sa présence à son foyer, son travail dans une banque, le suivi de ses enfants, et ses engagements de chrétienne, sans beaucoup de moyens si ce n’est son courage et sa foi. Licenciée abusivement, elle a eu le courage d’affronter sa banque, de lui faire un procès qu’elle a gagné et dont d’autres personnes ont bénéficié pour leur situation. Et la voilà paisible malgré les coups durs, disponible et soucieuse des autres, heureuse de retrouver les Sœurs qui l’ont aidée à grandir.

Nous nous lamentons tant, nous, sur les difficultés de la vie, le manque de moyens pour les jeunes, l’incertitude de l’avenir, sur ce que l’Etat devrait faire … Il existe beaucoup d’« Odile » inconnues, humbles, discrètes, qui, au fond, portent le monde parce qu’elles gardent vivante la flamme de la « Petite Espérance » que chantait Péguy. Sans les moyens du pouvoir ou de l’argent, mais avec la force de l’amour et de la foi, elles donnent un sens à la vie, que le monde actuel a perdu.

Sœur Françoise, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, avec d’autres, arrive à faire jaillir la lumière et la solidarité, la tolérance, dans le monde troublé de la violence et de la guerre.

Les Sœurs NDA, au Liban, sont arrivées à faire de Montana, un centre de paix, de ressourcement, de formation, malgré 15 années de guerre, et une situation encore difficile.

Janine, après avoir donné toutes ses forces à l’Afrique, ne baisse pas les bras. Elle met, dans ses rencontres, cette petite note spirituelle dont les gens, sans l’avouer, ont tant besoin.

A Rillieux, cette « Petite Espérance » entraîne les sœurs sur les routes du monde pour partager et donner vie à des projets.

Nous avons tous cette « Petite Espérance » en nous car elle vient de Celui qui nous crée à chaque instant. Il suffit de regarder au fond de nos cœurs, la petite lumière est là, qui ne peut pas mourir.

Soeurs Thérésia Blanc et Christiana Roussey, NDA

(BMP)

Durant ce mois, nous pourrons retrouver les témoignages évoqués plus haut.

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue