Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Décembre 2013

En ce début d’Avent, nous vous offrons des extraits d’une homélie donnée par le P. Gérard Naslin dans une paroisse de l’Ouest ...

Pas à pas ... en Avent !

Il y a deux tentations qui nous guettent face à un obstacle : nous immobiliser par peur et faire du surplace… ou bien nous élancer sans réfléchir et faire une trop grande enjambée. Alors qu’il suffirait peut-être d’avancer pas à pas. Les textes de la Parole de Dieu de chaque dimanche guideront nos pas … voulez-vous que nous prenions la route pas à pas ?

Pas à pas vers le Seigneur

Pas à pas vers nos frères.

Mettons-nous en marche pas à pas vers le Seigneur. Tout à l’heure, dans la prière d’ouverture, nous avons demandé au Seigneur : « Donne à tes fidèles, Dieu tout puissant, d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur…. » Et Jésus, dans l’évangile, nous invitait à « veiller…à nous tenir prêts… Car, ajoutait Jésus, nous ne connaissons pas le jour où notre Seigneur viendra… c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra… »

Notre Dieu est donc Quelqu’un qui vient à notre rencontre, et qui nous invite à aller à sa rencontre. La foi, c’est honorer un rendez-vous : c’est Dieu qui fait le premier pas, mais il attend que nous fassions nous aussi un pas vers lui.

Beaucoup se découragent dans leur vie de croyants parce qu’ils veulent faire des enjambées spirituelles pour rencontrer Dieu. La petite Thérèse de Lisieux avait compris, elle, que la sainteté était à la portée de tous, à condition d’emprunter, disait-elle « la petite voie », ou si vous préférez, « le petit chemin ». Ne nous décourageons pas alors lorsque nous constatons que nous avons du mal à tenir longtemps dans la prière, le Seigneur ne nous demande pas le rythme de nos frères moines et de nos sœurs moniales, mais si nous faisions un pas, en décidant de donner chaque jour un court moment pour être avec Dieu, dans un cœur à cœur qui ne se mesure pas à la durée, mais à l’intensité de la relation.

Soyons fidèles aussi au rendez-vous que Dieu nous donne le dimanche, ce jour qui lui est consacré et que l’on voudrait lui voler pour le consacrer à un autre dieu que l’on appelle « consommation ». La messe est un rendez-vous d’amour… Faisons le pas pour honorer le rendez-vous que Dieu nous donne chaque dimanche.

Vous voyez que nous pouvons marcher pas à pas à la rencontre du Seigneur. Ne cherchons pas à faire des enjambées, mais ne faisons pas non plus du surplace. La foi, c’est comme l’amour et l’amitié, ça s’entretient, et ça s’entretient dans la relation.

Si le temps de l’Avent est un temps favorable pour marcher pas à pas vers le Seigneur,

mettons-nous en marche également pas à pas vers nos frères.

Le prophète Isaïe nous a livré son rêve. Le prophète n’est pas quelqu’un qui prédit l’avenir, mais il est « porte-parole » de Dieu, et il a pour mission de révéler le projet de Dieu. Or parmi les projets de Dieu il y a la Paix … Le prophète Isaïe habite Jérusalem, et il est témoin chaque année de cette extraordinaire semaine d’automne, qu’on appelle « la fête des Tentes ». On vit sous des cabanes, même en ville, pendant huit jours, en souvenir des cabanes du séjour dans le désert du Sinaï pendant l’Exode. A cette occasion, Jérusalem grouille de monde, on vient de partout, il y a même des étrangers. Devant ce spectacle, Isaïe a l’intuition que ce grand rassemblement annuel, plein de joie et de ferveur, en préfigurait un autre. Alors, inspiré par l’Esprit Saint, il a pu annoncer avec certitude : oui, un jour viendra où ce pèlerinage rassemblera tous les peuples de toutes les nations. Et il se met à rêver en un monde où les hommes, « de leurs épées forgeront des socs de charrue, et, de leurs lances, des faucilles… » Le spectacle du monde, avouons-le, n’est pas toujours réjouissant aujourd’hui, il y a trop de lieux sur notre planète où explosent des bombes, où s’entretuent des hommes hier frères, aujourd’hui ennemis ; il y a tant d’hommes, de femmes, d’enfants qui manquent du minimum vital pendant que d’autres souffrent d’un maximum de richesses. Là où règne la paix, celle-ci demeure fragile. Là où règne un peu de solidarité, rôde autour un individualisme assassin.

Mais voulez-vous que nous fassions, à la suite du prophète Isaïe, un pas, le pas de l’espérance ?

Il ne s’agit pas de fermer les yeux devant les drames qui affectent nos frères, mais il s’agit de rendre nous-mêmes possible, là où nous vivons, le rêve de Dieu :

Nous pouvons transformer « des épées en socs de charrue » si nous récoltons une réconciliation après un conflit familial, pour cela faisons un pas. Nous pouvons transformer « des lances en faucilles » si nous prononçons des paroles bienveillantes au lieu de paroles méprisantes qui condamnent, pour cela faisons un pas.Scrutons dans nos journaux télévisés, écrits ou radiodiffusés, les petites étincelles de paix, de justice, de solidarité, de réconciliation qui sont peut-être très discrètes, mais qui, rassemblées, peuvent embraser du feu de l’amour le cœur des hommes nos frères, pour cela faisons un pas.

Mais n’attendons pas les décisions ou les déclarations de nos dirigeants, ne nous contentons pas de vœux même pieux, « prenons-nous par la main », comme on dit, ne faisons pas du surplace, ne faisons pas non plus de grandes enjambées, mais avançons pas à pas. Si cette semaine chacun de nous faisait un pas vers un frère, il y aurait quelque chose du Royaume ici … (dans notre quartier, nos familles, nos lieux de travail, nos écoles, nos communautés, les associations dont nous faisons partie …), évoquant la naissance du Prince de la Paix il y a deux mille ans, et actualisant en même temps l’évènement.

Avec Paul s’adressant aux chrétiens de la ville de Rome, laissez-moi vous dire : « C’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil… la nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière… » Pour cela avançons pas à pas en Avent

Oui, en Avent… pour préparer l’avènement de l’Emmanuel, « Dieu-Avec-Nous »,

Oui, en Avant… pour marcher à la rencontre de Dieu, et à la rencontre de nos frères… pas à pas…

(JPG)

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue