Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Pobè : le merveilleux choc


(JPG) Françoise est vice-présidente de l’Association Raoul Follereau. Elle avait assisté à l’inauguration du Centre de Pobè, au Bénin, financé et géré par l’Association Française Raoul Follereau, en avril 2004.
Pour leurs 40 ans de mariage, leurs proches ont offert à Françoise et Louis de se rendre au Bénin. Françoise a pu rencontrer Marcelline, prise en mains in extremis par l’association Follereau et maintenant pensionnaire heureuse des sœurs de Notre-Dame des Apôtres.

À Pobè, voisin de l’Hôpital Raoul et Madeleine Follereau où nous avions de solides amitiés, se situe l’internat tenu par Notre-Dame des Apôtres. Françoise est en lien avec la Directrice, Sœur Marie-Elise Kormann, depuis des années. Un dimanche de janvier, nous y avons été reçus. Mieux même : accueillis, par soeur Marie-Elise, que nous avions prévenue de notre visite, et par ses pensionnaires. Là le merveilleux choc d’une ambiance toute de joie et de sourires.

(JPG) Les locaux nous ont intéréssés : beaucoup de points d’eau, des lits bien disposés (une éducatrice couche dans le dortoir pour éviter aux plus jeunes le risque des peurs nocturnes) et des lieux où se rassembler. Nous avons vu la salle où se passent les cassettes et les activités de toute sorte, ou les cahiers de classe dûment encouragés.
Puis, dehors, dans une température où les margouillats prennent le temps de se prélasser, ce grand terrain pour permettre de joyeuses récréations.

(JPG) Les jeunes montraient le bonheur qu’elles ressentaient d’être dans cette petite communauté où règnent le suivi des études et l’éducation réalisés avec doigté par l’équipe. Nous avons en effet pu apprécier le sens pédagogique de celles qui leur apprennent à s’exprimer en français, seule langue unitaire pour des enfants venant d’ethnies ou de groupes très divers, et à vivre ensemble.

Ce qui nous a surtout frappés - outre le sérieux visible de l’ensemble - c’est l’atmosphère de sérénité qui se lit sur les visages des enfants. En somme, une réussite à mettre au compte de gens qui ne s’économisent pas mais savent tout donner.

Louis Bourgeois

En date du : 14 avril 2007


Forum

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue