Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Septembre 2009

(JPG) Dans ce monde où les panneaux de signalisation sont multiples, beaucoup de personnes fatiguées de les voir, se refusent à les lire, voire même, à les … regarder !

Dans nos vies, il en est souvent de même.

L’âge, la fatigue, ou tout autre raison, nous invite à arrêter notre marche ou, au moins, à ralentir et prendre un tournant de vie. Mais … quel tournant ? "Seigneur donne-nous des signes." Et, sans y prendre garde, nous reformulons cette question que les gens posaient à Jésus. Ils vivaient avec Lui, voyaient les miracles qu’Il faisait, mais ne voulaient pas reconnaître sa condition de Dieu.

Moi aussi personnellement j’ai vécu une longue période de doute, me demandant s’il était raisonnable de poursuivre ma mission "ad extra", ou s’il n’était pas mieux de m’arrêter. "Seigneur donne-moi un signe." Que de fois n’ai-je pas lancé vers Dieu ce cri de supplication ! Car, il n’est pas facile de faire, seule, un bon discernement.

Et, brusquement, ce signe est venu, à l’occasion d’un accident de santé. J’avoue n’en avoir pas compris le sens durant quelques semaines. Oui, il fallait que je m’arrête ou, plus exactement, que je change de direction, que ma vie prenne un tournant. Tournant violent.

Désormais, le Seigneur me veut pour une mission "ad intra", dans notre maison de Haute-Goulaine, mission de contact, de présence auprès de tous les résidents, sœurs et laïcs, mission que je dois chercher à améliorer, jour après jour, en commençant par une sérieuse conversion personnelle, intérieure. Je sens que le Seigneur me repose cette question : "M’aimes-tu ?" A moi de lui répondre, aujourd’hui en lui donnant, positivement des "signes". Quels signes, sinon celui de l’amour fraternel dans ma nouvelle communauté de vie, celui de cet amour qui peut faire dire aux personnes qui nous entourent : "Voyez comme elles s’aiment."Ainsi ma vie missionnaire continuera jusqu’à l’heure de la rencontre définitive où je pourrai dire :

"Seigneur, tu sais tout, Tu sais bien que je t’aime ; Me voici".

Soeur Françoise Guy.

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue