Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Juin 2011

Pentecôte

(JPG) Comme certaines sans doute je fus, pendant longtemps, marquée par le passage d’évangile qui évoque ce moment où les Apôtres s’expriment, pour chanter les merveilles de Dieu, en « langues » (Act 2,3). Saint Paul explique que les langues étaient un signe pour les incrédules (1 Cor. 14:22). Elles avaient pour but de retenir l’attention et de susciter des interrogations. Certes, ce miracle d’audition est le signe de la vocation universelle de l’Eglise, mais ce qui me paraît le plus important est le sens plénier de cet événement, et c’est surtout cela qui est l’objet de ma présente réflexion.

Dans les actes des Apôtres (Act. 2, 5-11), Pierre cite le prophète Joël, pour montrer que la Pentecôte accomplit les promesses de Dieu : dans les derniers temps, l’Esprit serait donné à tous (Ez 36,27). Jean-Baptiste avait annoncé qu’il était là, celui qui devait baptiser dans l’Esprit-Saint (Mc 1, 8). Et Jésus après sa résurrection, avait confirmé ces promesses : « Sous peu de jours, vous serez baptisés dans l’Esprit-Saint » (Act. 1,5).

Dans la catéchèse primitive, le Christ, mort, ressuscité et exalté à la droite du Père, achève son œuvre en répandant l’Esprit sur la communauté apostolique (Act.2, 23-33). La Pentecôte est la plénitude de Pâques. Dans Act. 2,12, il nous est dit : « Ils étaient tous déconcertés ; dans leur désarroi, ils se disaient les uns aux autres : ‘’Qu’est-ce que cela veut dire ?’’ ».

Faisons opérer notre discernement : La merveille que Dieu opère en ce jour n’est pas de faire entendre le message des Apôtres par les foules si diverses qui se pressaient à Jérusalem. La merveille est une œuvre de recréation. Nous le chantons dans le psaume : « Tu envoies ton souffle, ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre » ! Une humanité nouvelle se lève, définitivement rétablie dans sa dignité.

Avec le recul que nous avons sur l’ensemble de l’histoire du salut, il nous est facile de lire. Dès le commencement, Dieu avait le projet de nous établir dans son Alliance en tant que ses fils. Le livre des Actes des Apôtres veut le démontrer en inscrivant les événements de la Pentecôte dans la continuité de toute l’histoire de l’Alliance. Le ‘’Feu’’, la ‘’Voix‘’ et bien d’autres indices font référence au don de la Loi fait à Moïse sur le Sinaï. Aujourd’hui, la Loi Nouvelle qui nous est donnée ne vient pas s’inscrire sur des tables de pierre, mais dans des cœurs de chair. Mais il s’agit bien d’une Loi, d’une règle de conduite, que nous ne nous donnons pas à nous-mêmes : elle nous vient de notre maître et Seigneur. Pour saint Paul, l’Esprit qui nous est donné a sur nous une « emprise ». Il nous prend en main afin que nous nous soumettions à cette Loi nouvelle. Arrêtons de rechercher ce qui flatte notre désir d’autonomie. Cela n’est qu’utopie. Nous appartenons à Jésus-Christ car il nous a rachetés par son sang. Rejeter sa souveraineté est se remettre sous l’emprise de la chair, c’est se révolter contre Dieu (une nouvelle fois). Cela est la vérité. Il ne faut pas attendre de l’Esprit Saint une nouveauté qui serait l’acquisition d’une science inconnue. Ce que nous connaissons déjà est éclairé d’une lumière nouvelle ; ce que nous savions de Dieu et de son projet sur nos vies, apparaît dans la bonté et la cohérence de son unité. Cette nouveauté vient de l’Esprit, qui nous conduit à la vérité, la vérité tout entière. Notre condition, en effet, ne se résume pas à passer d’un esclavage à un autre, de l’esclavage de la chair à l’esclavage de l’Esprit. L’Esprit ne contraint pas notre volonté ; il la sollicite, il l’éduque, il l’oriente. Jésus n’appelle pas ses disciples ses serviteurs, mais ses amis. L’Esprit de vérité n’est pas un Esprit qui fait de nous des esclaves, mais des fils. Quelles qu’aient pu être la merveille et l’à-propos plein de grâce des langues, le don de l’Esprit Lui-même les surpasse infiniment ; mais Sa présence et les résultats de toute importance qui en découlent, échappent au monde qui ne Le voit pas et ne Le connaît pas (Jean 14:17). Les signes et les miracles, c’est ce dont les hommes s’occupent.

En ce jour de Pentecôte, Dieu donne d’entrer au cœur de la relation d’amour qui unit les personnes divines, l’Esprit sollicite notre libre engagement.

Sr Jacqueline Paterni – NDA à Montferrier

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue