Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Mai 2013

"Tout le monde peut être les mains de Dieu" ...

Et j’ajouterai « le cœur de Dieu », dans notre monde où l’on a autant besoin de tendresse que de pain ou de soin. L’hospitalité africaine est merveilleuse et étonnante aussi. Ainsi nous le conte Sœur Olga Mongellaz en Côte d’Ivoire.

« Revenant de conduire Sr Maria Angela à l’aéroport, il y a deux mois et demi, notre chauffeur a dû s’endormir au volant ; toujours est-il qu’il est rentré dans la voiture qui nous précédait, et qu’il allait doucement pour sortir d’un trou sur la route. Des trous, il y en a des quantités, tous plus profonds les uns que les autres. Cet accident s’est passé au niveau d’un campement. Devant nous la voiture a été éjectée à dix mètres dans la brousse. Heureusement, car, un mètre plus loin, elle heurtait un groupe de personnes. Aussitôt, quelqu’un vient à notre aide. Il se présente : « Je m’appelle Mitterrand. » Il a cherché un véhicule pour nous remorquer jusqu’au premier garage. Il voulait m’abriter pour la nuit, et m’a proposé le repas. Il était là à tout moment pour voir si la réparation avançait. Je lui ai posé la question inévitable « Pourquoi vous appelez-vous Mitterrand ? » « C’est parce que je suis né en 1980, l’année où François Mitterrand est venu en Côte d’Ivoire. Je suis chrétien catholique et je suis fier de vous aider ». Il a continué à appeler pour demander si tout allait bien. Sans lui, je ne sais pas ce que j’allais faire. L’avant de notre voiture était complètement défoncé. Pour l’autre voiture, c’était plus grave. Quand je passerai devant ce campement, je me ferai un plaisir de m’arrêter pour saluer le bon Samaritain, et lui dire ma reconnaissance ».

Et nos Sœurs continuent cette tradition avec l’aide de leurs collaborateurs et des bienfaiteurs de tous pays. Au Togo auprès des handicapés, en Algérie avec les migrants, au Liban vivant la guerre et accueillant des exilés, en Argentine, dans les Barrios ou à Buenos Aires la capitale tentaculaire.

Il suffit de ne pas passer de l’autre côté du chemin et d’ouvrir les yeux. Nous ferons inévitablement des rencontres qui ouvriront nos mains et notre cœur. Il n’y a pas de petites choses en amour. Un regard, une écoute, un sourire peuvent faire revivre. Bien sûr cela peut nous amener à donner du temps, de nos biens, de nos forces, à être envahis par les autres. Mais la joie partagée et la vie reçue en échange n’ont pas de prix. Sr Christiana ROUSSEY - Communauté Lyon-Barbusse - En correspondance n° 32

(JPG)

Cette photo,prise au Soudan,est celle de Sr Ann Cahill NDA de la Province d’Irlande .

Les témoignages signalés dans cet article paraîtront au cours de ce mois...

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue