Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Taizé en Algérie ?

Taizé, tout le monde connaît, même si ce petit village de Saône et Loire ne compte guère plus de 150 à 200 habitants. Du monde entier, on y vient, on y va !

(JPG) Ici, en Algérie, ici nous avons « Taizé-Tlemcen ».Eh oui !et ce fut la 4ème édition qui vient de se dérouler du 17 au 24 août 2009, au « focolare » de Birwana au dessus de Tlemcen : 130 étudiants de 23 nationalités différentes y ont vécu un temps de grâce .Venant d’Alger, de Constantine, d’Oran, de Sidi Bel Abbès, de Tiaret, de Mostaganem…, ne se connaissant que peu ou pas, originaires de divers pays : Togo, Burkina Faso, Tchad, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, les deux Congo, Gabon ,Cameroun,mais aussi ,Ouganda, Zimbabwé, Tanzanie, Burundi, Rwanda, Mozambique, Namibie, sans oublier Madagascar, bien représenté et j’en passe ! ajoutons les organisateurs pour la plupart européens : Italiens (Focolari qui accueillaient), Espagnols(frères maristes) prêtres polonais, français, dont Jean Paul, vicaire général et principal organisateur, avec frère Xema … Organisation au « top niveau » : groupes qui prennent en charge tous les services, totalement responsables ;une vingtaine d’étudiants, déjà rôdés, y étaient 2 jours avant,avec un couple de la D.C.C. (délégation catholique pour la coopération), Sœur Régine, congolaise, deux jeunes filles envoyées par Taizé (de Marseille et Paris) et, j’en oublie ! Ambiance de Taizé recréée, avec ses temps de prières méditatives, ses chants répétitifs qui nourrissent l’âme toute la journée ! Ambiance des plus fraternelles, chaleureuse, participative, priante, joyeuse, bref « exemplaire ».Tous disent avoir vécu quelque chose d’unique, d’important pour leur vie, qui les marquera à jamais. De retour dans leurs pays respectifs, plusieurs, sans nul doute, essaieront de re-semer ce qu’ils ont récolté ici. Oui, nos paroisses en Algérie sont colorées, nos messes sont bien africaines, vivantes ; c’est la nouvelle donne de l’Eglise en Algérie. C’est le travail admirable de nos prêtres et frères qui préparent une élite pour tous ces pays où ils retourneront une fois diplômés ! Nous n’avons été, quant à nous, N.D.A. que consommatrices, participant à trois messes et à la dernière journée, le dimanche, partageant repas et soirée jusqu’à tard dans la nuit pendant laquelle chants et danses se succédaient, à un rythme presque « endiablé » danses guerrières ou d’une grande élégance où nos jeunes se surpassaient. Nous étions vraiment en Afrique noire ! quelle joie pour nous et nous avons senti nos jeunes frères et sœurs heureux de notre présence ; nous en étions pour notre part « ravies »Nul doute que l’an prochain il y aura encore plus de demandes que d’inscriptions, faute de place ! MERCI à tous !

Les sœurs N.D.A. de Hennaya : :Flora, Bernadette et Marie-Claude.

(JPG)

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue