Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Monique Poirier (Côte d’Ivoire)

Gagnoa, février 2006

Que la Joie du Seigneur habite notre cœur ! (Psaume 96)

(JPG)

Oui, nous avons besoin de parler de joie, d’espérance, de pardon, dans notre monde en désarroi qui est inquiet d’un lendemain sans issue. Mais Dieu plein d’amour et de bonté vient s’incarner dans son Fils Jésus Christ pour nous montrer le chemin de paix, de sérénité, d’espérance.

Depuis le 19 septembre 2002, la Côte d’Ivoire est dans la turbulence, avec des vagues plus ou moins fortes, selon les moments. Nous sortons d’une situation très douloureuse : des morts ; de la casse, des maisons brûlées, des magasins pillés.

En novembre 2004, nous sommes restées une semaine sans pouvoir sortir de la maison. Les gens ont été formidables, ils venaient nous rendre visite et nous demander si nous avions besoin de quelque chose, ils venaient nous dire merci d’être restées avec eux : c’était signe que nous les aimions et que nous avions prié pour que le pays retrouve la paix.

(JPG)

La vie a repris son quotidien : l’école, l’internat, le dispensaire, la bibliothèque, le catéchuménat, toutes nos diverses activités.

Pour favoriser toujours plus l’éducation des enfants et à la demande des parents, une Maternelle a été construite à côté de l’école. Nous avons été aidées financièrement par l’ambassade du Canada et des bienfaiteurs. La communauté les remercie très sincèrement et les assure de ses prières. L’école maternelle a ouvert ses portes en janvier 2005 avec 60 enfants de 2 à 5 ans. Depuis septembre 2005, sœur Colette, Togolaise, est arrivée pour prendre la direction, avec 5 monitrices.

(JPG)

Nous avons bien terminé l’année scolaire 2005, les enfants ont passé les examens et juin et juillet, à l’école NDA. C’est une école primaire accueillant 610 enfants, en 12 classes, du CP au CM2. Pour la première fois, nous avons eu 100% de réussite au CEP et au concours d’entrée en 6e.

(JPG)

Un point négatif : la Côte d’Ivoire est toujours coupée en deux, entre le Sud et le Nord. Les enfants et les jeunes scolarisés ne peuvent pas passer les examens de fin d’année dans le Nord. Ils passent en classe supérieure sans examen officiel. L’administration ne fonctionne plus, et à tous les niveaux.

Voilà qu’un espoir pointe à l’horizon avec la nomination du premier ministre. Nous espérons qu’il sera accepté par tous les partis politiques pour réunifier le pays.

En communauté, Sr Fidèle, togolaise, est venue remplacer Sr Marie-Geneviève, affectée à la maison d’Abengourou. Elle est responsable de l’internat et de la cantine pour les filles. Sr Enrica, italienne, s’occupe de la bibliothèque scolaire des jeunes. Sr Claudine, béninoise, est infirmière au dispensaire. Sr Colette, togolaise, est directrice de l’école maternelle. Pour ma part, je m’investis dans la gestion de l’école primaire et de la cantine des garçons. Sur la paroisse, j’accompagne les groupes de catéchuménat des enfants, des jeunes et des adultes, aidée par une quarantaine d’animateurs. C’est une activité pastorale très intéressante que d’aider l’autre à découvrir combien Dieu est présent dans sa vie, de découvrir que Jésus-Christ est venu dans notre monde pour nous montrer le chemin à suivre. Chaque année, nous avons une quarantaine de baptêmes d’adultes, une centaine de jeunes et d’enfants, de la terminale au CM2, après trois ou quatre années de cheminement catéchuménal.

(JPG)

Voilà un petit partage fraternel pour vous assurer de ma prière, qui vous rejoint chaque jour.

Sr Monique Poirier

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue