Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

La communauté de Kolowaré (Togo)

Nord Togo,noël 2005

« Un seul brin de paille ne balaye pas la cour »

Depuis un an ensemble, nous avons essayé de grandir dans la communion fraternelle. Chacun a apporté son brin de paille et ensemble, avec vous, nous avons rendu plus belle la cour familiale. C’est avec ce trésor de partage que nous venons vous offrir notre merci et nos vœux de bonne et heureuse année 2006. Nous voulons aussi vous dire les événements, heureux ou malheureux, de notre mission.

L’événement qui a bouleversé le pays cette année est la mort à l’improviste du Président de la république, Eyadéma, qui a gouverné le pays pendant 38 ans sans partage, et le coup d’état de son fils qui a suivi. Les désordres, émeutes, injustices et violences ont été atroces : presque une guerre civile, avec plus de 1000 morts, 40 000 réfugiés au Bénin et au Ghana. Les élections présidentielles survenues deux mois plus tard peuvent être qualifiées de mascarade, sous l’œil indifférent des nations occidentales et africaines.

La situation économique est désastreuse. Le maïs est exporté en priorité vers les pays où il se vend le mieux, et les gens doivent payer jusqu’à 1200 cfa le bol de maïs, qui était à 250 cfa… on ne trouve plus d’engrais pour la même raison.

Dans notre petit village de Kolowaré, le souci majeur est de trouver à manger. Les dons nous ont permis de garantir la distribution d’aliments à une centaine d’indigents et de personnes handicapées par la lèpre.

La salle d’étude pour les écoliers est réalisée. Chaque soir, les jeunes sont de plus en plus nombreux à venir étudier, de 19h à 22h. La salle est souvent trop petite ; à 21h les enfants du primaire laissent la place aux plus grands. Une petite bibliothèque met à la disposition des jeunes dictionnaires, livres scolaires, romans de littérature africaine et française, que les enseignants conseillent de lire. Qui ici pourrait les acheter ? Un ancien malade de la lèpre vient dans la semaine donner des cours de rattrapage aux enfants qui peinent à suivre les classes.

Nous avons eu la chance d’avoir avec nous Patience, une de nos pré-postulantes. Elle a classé, enregistré les livres, tenu la bibliothèque et suivi les enfants pendant 9 mois. Elle commence maintenant sa formation, mais son passage a été un don pour nous.

Nous avons pu équiper une petite vidéothèque. C’est important, parce qu’ici nous ne trouvons que des films de guerre et de violence.

Dans le village s’est ouverte cette année une classe de 6e avec 54 élèves. Les villageois ont réaménagé un local abandonné.

L’éducation a toujours été un objectif prioritaire pour nous, sœurs NDA ; l’école primaire a été ouverte ici en 1955 par sœur Marie-Fernande Grivault. C’est donc le cinquantenaire qui se célèbre !

Une autre bonne nouvelle : un forage pour alimenter en eau la concession des sœurs est en fonction depuis septembre. Nous n’aurons plus de problème d’eau à la saison sèche !

Et notre piste est goudronnée ! c’est une route qui va de Sokodé jusqu’au Bénin. Vous ne pouvez savoir à quel point cela change notre vie ! Car en saison sèche, la piste n’était que poussière et « tôle ondulée » et en saison des pluies, crevasses, rivières et envasements !

D’autres soucis nous tiennent attentives : après la saison des pluies, cette année, des cases en terre du quartier où habitent nos anciens malades handicapés se sont effondrées. Chaque année, il faut reconstruire, refaire la toiture en paille et nous songeons à des projets de construction en briques.

Les malades sont toujours nombreux à fréquenter le dispensaire. Nous travaillons en collaboration avec la direction Régionale de santé. 9 villages nous sont confiés pour les journées nationales de vaccination anti-polio, avec distribution systématique de vitamine A et d’antiparasitaires. Ces journées sont épuisantes, de nombreux enfants restent cachés dans les petites cases ou les fermes. C’est au cours d’une des campagnes de vaccination que nous avons découvert les conditions dans lesquelles les enfants de Djagougou vivent : les apatams (abris de bambous couverts de feuilles de palmier) qui servent d’école ont brûlé à la saison sèche. Nous avons pu trouver des tôles et du ciment. Les parents d’élèves ont reconstruit les classes.

Des nouvelles des sœurs ! Marie-Thérèse Pezot, française, nous a rejointes depuis quelques mois. Elle est d’un précieux secours pour l’animation religieuse et humaine des enfants. Elle est responsable de la bibliothèque et aide les enfants en difficulté.

Félicité, béninoise, est partie au Ghana pour la session de préparation aux vœux définitifs. La cérémonie aura lieu le 8 janvier ici, à Kolowaré.

Pendant son absence, sœur Luigina, italienne, est venue partager notre vie. Elle a initié les filles à la couture et à l’école.

Nous espérons que dans vos villages, paroisses, familles, il y aura eu, cette année, de bonnes nouvelles aussi ! Nous confions à l’enfant de la crèche ce passé et l’avenir de 2006 tout proche. Que ce temps nouveau qui nous est donné soit rempli de paix, de bonheur et de joie pour vous tous.

La communauté de Kolowaé : sœurs Etta, Félicité, Thérèse

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue