Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Mars 2008

(JPG)

Les oiseaux de passage

En visitant ma région natale de Bourg en Bresse, j’ai été frappée par la manière dont les gens parlaient encore de la grippe aviaire : ils en étaient venus à se méfier de tout oiseau de passage.

Mais les volatiles de Bresse aiment la vie au grand air. Ils y sont habitués et ne supportent pas d’être confinés dans une sorte de prison sans fenêtre. Ils rêvent d’espace, de liberté.

Il est toujours difficile de passer de la peur à l’amour, mais Pâques nous y invite.

Car il est impossible de passer sa vie à se méfier de l’autre et à se protéger.
Nous en viendrions à être désorientés, aveuglés et à ne plus voir les trésors de solidarité qui réconfortent et pansent les plaies.
Nous prendrions trop peu de temps pour percevoir tous ces gestes de tendresse, gratuits, qui redonnent goût et saveur à la vie.
Nous en oublierions les perles d’humanité qui osent à peine se dire tant elles sont belles et pures.

Or nous avons à vivre la migration, sans peur. Parce que toute personne a une boussole au fond d’elle-même, qui lui indique la vraie vie. Certes les circonstances peuvent tordre l’aiguille, mais on sait toujours quand elle indique le Nord.

En Argentine, à Formosa, j’ai découvert de belles choses, sans même les chercher.

Ce sont ces gestes de solidarité, de tendresse, d’écoute, ce sont ces trésors vécus dans la plus grande discrétion et dont j’ai pu être témoin, qui m’encouragent à oeuvrer en vue de transformer chaque injustice en geste d’amour, chaque menace en geste de confiance, de tendresse.

Car le Seigneur est présent dans chaque vie, dans notre monde, car la joie et la paix de Pâques animent notre route.

Soeur Monique Lacombe

Les mots de 2007

Les mots de 2005-2006

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue