Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Préparation à l’engagement définitif

Rencontre internationale : 19 jeunes professes NDA préparent leur engagement définitif. Juillet-septembre 2005 - Cape Coast (Ghana)


Sommaire :
-Lettres
-Méli-mélo de photos


-  Du 21 octobre au 18 décembre 2005, 9 sœurs NDA ont prononcé leurs vœux définitifs

Haut Haut de page

Lettres

Brafuyaw le 13.07.2005

A toutes les Soeurs NDA

Chères Soeurs,

Que l’amour de notre Seigneur Jésus Christ soit dans vos cœurs !

Nous vous écrivons de Brafu Yaw, au Ghana pour partager avec vous la joie de nous préparer à notre engagement définitif. Nous sommes 19 jeunes sœurs de différents pays. Aux début de notre Congrégation, 19 jeunes femmes ont répondu à l’appel missionnaire du Père Planque. Aujourd’hui, plus de cent ans après, 19 jeunes sœurs sont en train de se préparer pour dire leur OUI au Seigneur.

L’internationalité dans notre Congrégation s’approfondit avec les participantes qui sont venues des différents coins du monde : le Bénin, le Togo, la Cote d’Ivoire, la France, le Liban, l’Égypte, l’Argentine, le Ghana et le Nigeria.

Les sœurs de la Province du Ghana nous ont accueillies avec un chaleureux AKWAABA. La provinciale, Sr Felicia Harry nous a donné la bienvenue officielle qui nous a fait sentir chez nous. Ensuite, nous nous sommes présentées par pays, en partageant les attentes que nous avons pour cette rencontre.

Le jour après, nous sommes allées à Elmina. Nous avons eu la Messe au cimetière, ou nos premières sœurs sont enterrées. Ce pèlerinage nous conduit aux « sources de notre vie missionnaire » pour renouveler notre zèle apostolique. Les paroles de l’homélie qui nous ont touchées, nous proposaient d’aller à la rencontre du Christ pour être de vraies missionnaires. Nous avons puisé à notre héritage, en lisant les lettres des Sœurs pionnières et du Père Planque. Après, nous avons vécu un merveilleux temps, animé par les enfants du Foyer des Sœurs qui ont dansé et chanté pour nous entretenir pendant le repas. Une autre partie de notre héritage a été représenté par nos « Mamas » qui ont toujours travaillé avec les Sœurs.

La première semaine a commencé, et nous avons pris le temps pour relire notre vie sous le regard de Jésus qui la transforme en une « histoire sacrée ». Les périodes de réflexion et le partage dans les groupes nous ont permis de nous découvrir comme « des pots dans les mains du potier ». Les animatrices avec leurs interventions nous ont donné l’opportunité d’aller au plus profond du cœur.

Nos célébrations liturgiques ont été une bonne occasion pour prier le vécu de la journée dans la variété de dons et de talents qui sont une vraie richesse. Avec ce souffle missionnaire, nous sommes en train de faire l’expérience de Pentecôte : l’amour nous réunit dans la diversité de langues, cultures et expressions. Nous avons eu une journée libre qui nous a permis de connaître la ville et de participer à un festival à Elmina.

La semaine finissait avec la première Intégration ou nous avons partagé nos prises de conscience. Dans la soirée, nous avons fait un petit tour au Togo avec l’aide de nos deux Sœurs de ce pays.

Nous continuerons prochainement à vous donner les nouvelles de notre vie. Nous voulons dire MERCI aux Sœurs qui nous ont envoyé des salutations et nous les remercions de nous accompagner dans la prière. En union avec vous toutes ! Sr Cynthia et Sr Sandra pour toutes les Sœurs participantes

Brafuyaw, le 30.07.2005

A toutes les Soeurs NDA, Chères Sœurs,

Nous vous saluons une fois de plus de BrafuYaw au Ghana. Nous vous remercions de nous accompagner dans ce temps. Merci tout spécialement à Sr Eileen et Sr Irini et à toutes celles qui nous ont répondu.

Pendant ces deux dernières semaines, nous avons approfondi les thèmes suivants : « Le Christ dans ma vie », « le Charisme et la Spiritualité NDA », « la mondialisation ». Nous avons terminé par une matinée d’intégration.

Nous avons vu les différentes méthodes de prière, et nous avons vécu un moment intense par une journée de désert. Comme fruit, nous avons découvert que chaque jour nous sommes invitées répondre aux défis du monde en approfondissant la connaissance et l’amour du Christ pour le faire connaître et aimer. La fidélité à vivre l’intimité avec le Christ nous introduit à la contemplation et à l’action apostolique.

Nous voulons répondre aux défis du monde en montrant le visage de Jésus. En nous laissant transformer par Lui, nous pouvons transformer nos communautés et le monde où nous sommes envoyées. Pour finir la semaine, nous avons lu un texte des conclusions du Congrès sur la vie consacrée tenu à Rome, qui nous interpelle à être sacrement et parabole du Royaume de Dieu. Ces mots nous ont ouvert la porte pour continuer le chemin vers le charisme et la spiritualité.

Le charisme est le don reçu. Notre spiritualité est le don vécu et la mission est le don qui se partage avec les autres. En le vivant en simplicité, nous sommes envoyées en mission ad extra, ad gentes et ad vitam (en dehors de nos frontières, la où Jésus n’est pas encore connu et cela pour toute la vie). L’invitation que le Seigneur nous fait est de « raviver le don que nous avons reçu », en ré-engendrant une vie nouvelle en fidélité créatrice à l’Esprit. Mais pour vivre cela, il est nécessaire que chacune accueille le don particulier, qui depuis sa naissance façonne sa vie et qui l’introduit dans la famille NDA. Pour cette réflexion, nous sommes allées à la source de notre héritage. Quelle joie !

Les lettres du Fondateur et de nos premières sœurs et le témoignage de la vie du Père Planque, nous ont donné un nouveau souffle missionnaire. Nous avons senti un fort appel à vivre notre spiritualité missionnaire féminine qui nous demande une attitude de foi et d’audace, d’ouverture à la vie pour l’accueillir même dans les situations très difficiles. Pendant notre travail en groupe, nous avons discuté sur quelques points que nous voulons partager avec vous :

-  Sommes-nous prêtes à changer notre présence missionnaire dans le monde quand il y a des nouveaux appels ?
-  En lisant les documents le travail, nous avons constaté que dans le passé, il y avait collaboration avec les Pères SMA. Pour quoi ce lien a disparu maintenant ?
-  Pour quoi ces documents si passionnants ne circulent pas dans les communautés (lettres de nos premières sœurs, lettres du P. Planque aux sœurs, ses conférences) ? Et nous-mêmes, quels écrits laissons-nous pour les générations futures ?
-  D’où venait le zèle apostolique de nos sœurs ? Venait-il de leur vision missionnaire ? Et nous, quelle est notre vision ?
-  Quels sont les défis actuels que NDA doit relever ? Comment le faire sans perdre la vision du P. Planque ?
-  Comment est-ce que je vis aujourd’hui mon appartenance à la Congrégation ? Quels en sont les signes visibles ?
-  Comment je vis la devise du Fondateur : « aimer et connaître Dieu pour le faire connaître et aimer » ?
-  Vivons-nous dans nos communautés l’amour fraternel si présent dans ces lettres ?
-  Suggestion : faire un livret avec les lettres de nos premières sœurs et l’envoyer aux Conseils Provinciaux - Districts pour faire des ateliers de travail. Nous avons terminé la semaine en célébrant ensemble notre engagement personnel à vivre le charisme et à l’incarner dans la mission d’aujourd’hui.

Monseigneur Martin Gyant, évêque du diocèse de Sunyani, nous a parlé de la Globalisation. Le post-modernisme et la globalisation sont des réalités présentes dans notre monde. C’est avec un esprit de discernement que nous prenons conscience des aspects positifs et négatifs de ce phénomène. Le respect de la personne, de l’environnement, des cultures et de la nature, sont des moyens qu’il faut prendre en compte pour transformer le « village global ». L’évêque nous a invité à vivre les conseils évangéliques comme voie positive face à la globalisation. Il a remarqué l’importance de l’éducation, de l’information et de la conscientisation des gens pour pouvoir faire face aux conséquences négatives. Comme religieuses, nous sommes appelées aujourd’hui à humaniser la globalisation.

Pendant la semaine, nous avons fêté l’anniversaire de Sr Suzanne Yebuoa de la Cote d’Ivoire. Le 14 juillet nous avons fêté la France, et le 23 juillet a été une journée spéciale pour l’Egypte.

Nous avons fait un tour en Algérie. Sr Mary Abdala (égyptienne) nous a introduites dans la vie de ce pays. Nous avons touché la foi et la fragilité de l’Eglise, la qualité de sa présence parmi les gens : un vrai témoignage qui parle plus fort que les mots. Après, nous avons pris la route pour le Nigeria. Nous avons fait la connaissance de ses différents groupes ethniques et de la richesse de leur culture. Les NDA ont un grand impact par l’éducation, la première évangélisation et les centres de santé. Les Sœurs ont fini la présentation avec des danses typiques de chaque région.

La dernière étape de notre voyage a été l’Argentine. Nous avons rencontré une Eglise qui a plus de 500 ans d’évangélisation mais qui depuis peu a découvert sa dimension missionnaire. Les NDA travaillent dans l’animation missionnaire vocationnelle et parmi les pauvres. Les nouveaux appels auxquels les Sœurs veulent répondre sont l’ouverture d’une communauté dans le Nord, à Formosa, et le travail avec les descendants des africains, présents dans le pays. Que le Seigneur bénisse tous ces peuples et le travail de nos Sœurs !

Nous avons fait une sortie à Cape Coast où nous avons participé a une célébration eucharistique très vivante animée par les élèves de l’Ecole Normale NDA. Nous avons terminée la journée à la plage où nous nous sommes bien restaurées et égayées. Grand merci à nos Sœurs de Cape Coast pour tout ce qu’elles font pour nous.

Pour rester ouvertes au monde, deux sœurs-journalistes chaque matin nous communiquent les nouvelles qu’après nous portons dans notre prière.

Toute notre groupe vous salue et nous vous remercie de vos prières. En union avec vous toutes !Sr Cynthia et Sr Sandra pour toutes les Sœurs participantes

Brafoyaw, le 20- 08 05

A toutes les Sœurs NDA

Chères Sœurs, De Brafoyaw nous vous envoyons nos salutations au Nom de Jésus. Durant ces dernières semaines (du 25-07 au 11-08-05), nous avons approfondi différents thèmes :

LA MISSION : Elle prend sa source dans la Sainte Trinité. C’est un appel et un envoi dans l’Eglise qui est missionnaire de part sa nature. Les attitudes spéciales de la mission d’aujourd’hui sont : la contemplation, le dialogue comme rencontre avec les personnes et leur culture ; l’humilité et la docilité à la mission que nous recevons de Dieu. L’Esprit de la mission est essentiellement une sortie de soi-même, un dépouillement de soi pour les autres afin de continuer l’œuvre de Dieu. Notre mission se compose de six fils qui tissent « le pagne NDA » : La vocation missionnaire spécifique La mission ad Gentes La Mission ad extra (au-delà des frontières) La mission ad vitam (pour toute la vie) Particulièrement en Afrique Particulièrement pour les femmes. A partir de ces fils, d’autres voies peuvent s’ouvrir. La vie communautaire authentique est un témoignage pour la mission. Car lorsque les gens se disent entre eux « voyez comme elles s’aiment », ils perçoivent quelque chose du Royaume de Dieu.

LE DIALOGUE : Toute la vie est dialogue. Le but du dialogue n’est pas la conversion de l’autre, mais une relation mutuelle en vue des valeurs du Royaume. L’Église encourage le dialogue inter religieux car c’est une rencontre de personnes de croyances et de religions différentes qui cherchent à marcher ensemble vers la Vérité. C’est un projet commun, un partenariat, sans désirer la conversion de l’autre ; c’est « une nouvelle façon de vivre », « une nouvelle façon de regarder », « une manière d’être », en « laissant Dieu être Dieu », tout en sachant que nous ne possédons pas la vérité totale. Le regard sur la "Règle d’or " des treize religions, a montré cet idéal que nous avons en commun : " aimer son prochain comme soi-même". Le Dialogue nous permet aussi de découvrir nos similarités et nous aide à accepter nos différences.

LA DOCTRINE SOCIALE DE L’EGLISE :C’est le regard de l’Eglise, sa réflexion et sa réponse face aux évènements sociaux dans l’histoire de l’humanité. Les Sœurs NDA doivent s’y intéresser et la connaître en tant que missionnaires.

LES FEMMES DANS LA SOCIETE ET DANS L’EGLISE AUDJOURD’HUI : Madame AKPALU et Madame AGYEMANG, anciennes filles des sœurs NDA, nous ont parlé de l’égalité du genre qui signifie égalité de service, de bien commun et d’accès aux ressources. Il ne devrait pas y avoir de discrimination entre les deux sexes. Comme femmes Apôtres de notre temps, nous sommes interpellées, tant au niveau individuel que communautaire sur notre style de vie afin qu’il soit un témoignage authentique. Notre Mission, au niveau social et ecclésial, est de travailler pour la dignité des femmes, de les motiver pour sortir des structures de vie dégradantes.

LES CONSEILS EVANGELIQUES : La vie consacrée est un don reçu de Dieu. Le projet de la vie religieuse est de libérer la bonté de Dieu dans la personne humaine et d’en rendre témoignage. Par le vœu de chasteté, nous sommes invitées à nous offrir à Dieu avec un cœur unifié rejetant toute forme d’idolâtrie. Ceci demande un équilibre de vie pour apprécier le don de la création en demeurant en même temps vigilantes, ouvertes aux autres et au mystère de Dieu. Par le vœu de pauvreté, nous témoignons du fait que Dieu est l’unique trésor. C’est un appel à un dépouillement joyeux, un cœur ouvert pour partager le don de Dieu vécu en communauté par une attitude attentive aux pauvres. Le vœu d’obéissance est une offrande de nous-mêmes. Libérer notre cœur par une confiance totale en Dieu, une vigilance qui demande la responsabilité personnelle et la capacité de relation dans le respect mutuel, le dialogue, le partage et l’écoute.

LA VIOLENCE EN NOUS ET DANS LE MONDE, QUELLE EST NOTRE MISSION ? : Monsieur Emmanuel BOMBANDE, expert en gestion de conflit, dans Caritas Internationale, a développé ce thème. La violence est un mal que nous faisons aux autres par des mots, des actes, des situations, et qui entrave le développement des potentialités de la personne humaine (sentiments, créativité et maturité). La violence est un choix de certaines personnes qui n’imaginent pas qu’il y ait d’autres alternatives pour résoudre les conflits. Notre mission en tant que Femmes Apôtres est de mettre la relation au centre de notre vocation et de notre mission, et de la vivre nous-mêmes, en communauté, dans tout l’Institut et dans le monde.

Voici les moments joyeux que nous avons vécus :
-  Les anniversaires et les fêtes patronales de la Sœur Benedicta MANTE, des Sœurs Annarosa, Anne-Marie GBABA et Anne-Marie KOUASSI en la fête Ste Anne et St Joachim le 26-07-05.
-  L’anniversaire de l’indépendance du Bénin (01-08-05) et de la Cote d’Ivoire (07-08-05). Nous avons continué les présentations de nos pays d’origine :
-  Le Liban avec la beauté de ses cèdres. Nous avons vu son peuple et son Église dans la diversité de ses rites. Le Ghana, notre pays d’accueil, avec ses richesses du sol et du sous-sol, ses coutumes, son histoire. Ici les sœurs sont engagées dans l’éducation et la formation des jeunes et dans la santé.
-  Le Bénin, terre des Amazones, l’ancien royaume du Dahomey. C’est aussi un territoire multiculturel. Les Sœurs sont impliquées dans l’évangélisation, le travail avec les femmes, la catéchèse et l’éducation.
-  Nous voici en Égypte, la grande civilisation pharaonique avec ses pyramides, sa culture, l’Église dans la pluralité de ses rites (7 rites catholiques et 5 orthodoxes.) Les Sœurs sont attentives à l’éducation des jeunes et à la préservation des valeurs familiales.
-  La Côte d’Ivoire, ce pays est entré dans l’instabilité politique qui l’a conduit à la scission du pays en deux. Malgré cette situation, les Sœurs sont là, comme présence au milieu du peuple. Elles sont impliquées dans les activités sociales, dans l’évangélisation rurale, dans la catéchèse et la santé. Que Dieu écoute ce peuple qui désire la paix.
-  La France, berceau de la congrégation, avec ses sœurs aînées, son désir de rester missionnaire jusqu’au bout. Nous terminons avec une visite au château de Cape Coast qui a été construit par les Britanniques pour le commerce des esclaves. Après avoir regardé un documentaire sur la vente et le commerce des esclaves, nous avons visité les lieux où restaient les esclaves avant d’être embarqués. Aujourd’hui, ce lieu est devenu un lieu historique. Les chefs traditionnels du Ghana ont érigé une plaque pour faire mémoire de l’éternelle inquiétude de nos ancêtres : « Que ceux qui sont morts, reposent en paix, que ceux qui sont retournés retrouvent leurs racines, et que plus jamais l’humanité ne commette cette injustice contre l’humanité. Nous dédions notre vie pour vivre ce vœu ».

Chères sœurs, toute notre reconnaissance pour vos prières. Nous félicitons nos jeunes sœurs d’Abengourou qui viennent de faire leur première profession le 14-08-05. Bonne mission à chacune !

Que Dieu bénisse tout le Corps NDA ! Sœurs Cynthia et Anne-Marie Kouassi En union avec toutes les participantes à Brafoyaw.

Brafoyaw le 25.08.2005

A toutes les Soeurs NDA

Chères Sœurs, Nos salutations de Brafuyaw. Voici notre dernière lettre car très bientôt nous allons commencer la retraite. Nous vous remercions sincèrement, chères Sœurs, d’avoir cheminé avec nous pendant tous ces mois, "ce temps privilégié". Nous remercions tout particulièrement notre Supérieure générale et son Conseil qui ont organisé cette session, nos Provinciales et Responsables de district qui nous ont permis d’y participer, et nos infatigables animatrices. Merci particulièrement à toutes les Sœurs de la province du Ghana, Sr Felicia et son Conseil, les postulantes, toute l’équipe de la cuisine et les autres employés.

Pendant les deux dernières semaines de session nous avons traité : La Vie communautaire. L’Esprit nous donne la lumière pour animer nos communautés et nous essayons de vivre dans les pas du Christ. La communauté est une construction vers l’unité du corps à partir d’une vision commune. Elle est le lieu de nos combats et de nos conversions. La communauté est mission et nous faisons communauté en vue de la mission. C’est le terrain sur lequel nous grandissons , duquel nous tirons la vie, le lieu où nous trouvons le zèle pour notre mission. Nos communautés devraient être "Parole" pour le monde, en étant des lieux d’appartenance, d’ouverture, d’attention, de coopération, de guérison, de croissance, de pardon ; par tout cela les communautés deviennent évangélisation.

La réalité NDA : en regardant la réalité NDA aujourd’hui, nous sommes interpellées pour un engagement profond dans toutes nos activités cf. l’urgence pour une animation missionnaire et vocationnelle. Nous devons prêter attention pour que nos communautés restent vraiment internationales.

Justice-Paix-Intégrité de la Création (JPIC). En tant que missionnaires nous devrions être à l’avant garde dans ces organismes. Nous commençons naturellement par nous-mêmes, en construisant des communautés fraternelles ayant des structures justes et des pratiques droites ; par nos engagements en paroisse et dans les communautés chrétiennes. L’appel est : "engagez-vous".

La Non-Violence-Active (N.V.A.) Elle est basée sur le respect de la conscience de l’autre. Le but est de convaincre l’ennemi "en faisant route avec lui", en faisant de lui un allier, en le désarmant de sa haine qui a tant de pouvoir sur lui. La force du mal est ainsi détruite sans détruire l’adversaire. La non-violence-active est basée sur le principe évangélique de ne pas répondre au mal par le mal. C’est l’unique force qui peut arrêter la spirale de la violence. La paix n’est pas l’absence de conflit, mais la présence de la justice, ainsi nous disons oui à la justice, à la vie, pour changer des structures injustes. Ne pas être passive quand le mal prend la place de Dieu. Les valeurs utilisées dans la non-violence sont la vérité, la justice, l’amour, le don de soi. Rappelle-toi :"ne maudis pas les ténèbres, mais allume une bougie, car seule la lumière peut chasser les ténèbres."

Notre dernière sortie a été pour le parc nationale de Kakum. Il représente une protection pour le système écologique du Ghana qui est menacé. Nous avons passé sur plusieurs ponts de liane qui surplombent la vallée de 360 mètres : les traverser était un vrai défi pour certaines d’entre nous. Le 28 août, nous avons célébré la fête de notre Fondateur, et dans la joie et l’action de grâce, 13 de nos Sœurs ont renouvelé les Vœux pendant l’Eucharistie. Le même soir nous sommes entrées dans la grande retraite où nous nous sentons accompagnées par vous toutes. Mes Sœurs, une fois de plus nous vous remercions pour votre "présence ". Nous sommes toutes en "pèlerinage", c’est pourquoi le support mutuel fait que la route est plus facile.

Srs Cynthia, Anne-Marie, Sandra, de la part des participantes à la session.

Brafoyaw le 19.09.2005

Nous vous envoyons ce message alors que la retraite des 30 jours est déjà bien commencée. C’est le Père Bruno Miyigbena, SMA, Responsable du Centre de Spiritualité de Calavi qui en est le principal accompagnateur, aidé de 3 sœurs NDA. De cette ambiance de prière et de grand silence de notre Cénacle, nous vous envoyons ce dernier message et nos meilleures salutations.

Haut Haut de page

Méli-mélo de photos


Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue