Continent
« Jusqu'aux extrémités de la terre, vous serez mes témoins »
Sœurs Missionnaires Notre Dame des Apôtres
Continent
 
 Dernière mise à jour
 le 1er décembre 2015

Une brique qui donne la vie !


À Kolowaré, pas d’électricité. La lampe tempête est précieuse. Alors il faut du pétrole ! De même pour quelques réchauds rustiques, lorsque le bois manque en ce pays de savane. Mais le pétrole, il faut aller l’acheter à 18 km, à Sokodé, ou plus pour les gens des campements, payer le taxi brousse, et on achète ce que la bourse plate permet : un litre, 5 au plus.

Un jour, un ami de la communauté, responsable à TEXACO, passe au moment d’un problème de pétrole… Il questionne, s’étonne. Il propose d’aider le village. Pourquoi ne pas avoir ici une brique de 1000 litres de pétrole que l’on débiterait selon les besoins ? Merveilleuse proposition. Mais qui peut envisager un si grand projet ? Il faut quelqu’un qui accepte de gérer la distribution, le paiement… honnêtement…Et surtout quelqu’un qui avance le prix de 1000 litres de pétrole !!! C’est une somme impossible à trouver…

Sylvain, un catéchiste se propose timidement. Il ferait l‘unanimité car il est honnête et dévoué. Mais il n’est qu’un petit cultivateur sans ressource. L’ami de Texaco voit les yeux briller de rêve mais personne ne parle car le principal manque : le financement. Alors le visiteur propose la chose incroyable… il fera crédit jusqu’à la vente du premier contenu. Quelle joie… Maintenant il faut trouver l’endroit stratégique pour la place de la brique. Ce sera au carrefour de deux routes du village où passent obligatoirement presque tous les gens des villages alentours pour venir au marché.

Et çà marche ! Le samedi, jour de marché, que de pauvres viennent de partout, à la source, avec leur petite bouteille ou leur canari. Et le prix, bien sûr, défie toute concurrence car on ne cherche pas à faire du profit mais juste à aider les pauvres avec un petit bénéfice pour celui qui donne son temps et pour compenser les petites gouttes qui se perdent… Un imprévu alors que la cuve était à moitié vide : le prix du pétrole a augmenté ! Il a fallu parlementer, fournir les sources véridiques de ce changement de prix pour la vente. Mais malgré tous les problèmes, on a du pétrole au village ! Peut-on imaginer ce que c’est que de trouver du pétrole au village, sans aller en ville, sans payer de taxi, avec un prix très raisonnable ?

Voilà des joies que nous ne sommes même plus capables d’imaginer. Et Sylvain devient le pourvoyeur de cette joie devant le village. C’est quelque chose ! Mais n’oublions pas l’ami de Texaco qui a su « voir » et risquer.

Soeur Etta

En date du : 18 mai 2006


Forum

Mentions légales | Plan du site | Nous contacter | Langue